Après avoir appris leur métier pendant une quinzaine d'années dans des laboratoires d'optique, où ils avaient participé à toutes les étapes de la fabrication de lunettes, Daniel, Lyne et Sylvain Saint-Gelais, frères et soeur et Gaspésiens d'origine, décident de lancer leur propre entreprise en 1991. Ils lui donnent la raison sociale Laboratoire d'optique SDL, acronyme des premières lettres de leurs prénoms.

30 employés

Sept ans plus tard, SDL compte 30 employés, dont trois autres soeurs Saint-Gelais, qui contribuent à la production de quelque 325 paires de lunettes par jour. Ces lunettes sont commandées par des optométristes et des opticiens d'ordonnance qui proviennent surtout de Laval et des environs.

Vive concurrence

"Il existe environ 35 laboratoires d'optique au Québec, précise M. Saint-Gelais. Dans ce marché de vive concurrence, il faut minimiser les coûts de production et assurer un service de première qualité à la clientèle. Pour y arriver, nous devons réduire les erreurs d'exécution qui, à l'une ou l'autre des étapes de production, peuvent entraîner la perte totale d'une lentille et nous obliger à recommencer tout le processus de fabrication."

Déterminer la dioptrie

Dépendant de votre myopie ou de votre presbytie, l'optométriste déterminera la dioptrie de vos verres correcteurs avant d'en passer la commande un laboratoire d'optique. Actuellement, 65% des Québécois choisissent de porter des verres ou des lunettes conventionnelles, secteur dans lequel oeuvre SDL, les autres préférant des lentilles cornéennes.

3000 variantes

Environ 75% des lunettes sont faites avec du verre organique, c'est-à-dire en plastique, un matériau plus résistant et plus léger que le verre minéral. Au laboratoire, les employés doivent suivre minutieusement la dioptrie inscrite sur le bon de commande, c'est-à-dire la prescription, en prenant grand soin de la respecter intégralement.

Le processus rigoureux et délicat s'étend sur 25 étapes environ, entre le surfaçage et le taillage. Il faut notamment amincir le verre selon le cas, appliquer ou non un super vernis, donner une forme concave ou convexe, biconcave ou biconvexe, teinter ou non le verre, appliquer un antireflet, établir le type de foyer, car il existe 65 sortes de foyer progressifs, mesurer la largeur, la longueur et la hauteur, biseauter le verre, etc. En fait, on compte plus de 3000 variantes possibles de dioptries.

Une personne aussi jeune qu'un enfant de six mois peut devoir porter des lunettes, ordonnance qu'a déjà rempli le Laboratoire d'optique SDL. C'est donc dire que les clients potentiels sont nombreux dans ce domaine et que la qualité du produit doit être totale. Chez SDL les employés en sont bien conscients.